Mes yorks, mes amours

Mes yorks, mes amours

Histoire d'un petit Terrier

Un mélange de terriers écossais

L'histoire de ce chien, l'unique terrier qui ne nous vient pas d'Angleterre, est intimement liée à la conquête de l'Australie par les émigrants anglais. Ces derniers emportèrent avec eux leurs chiens préférés : des cairns, des dandie-dinmont, des irish red et, peut-être, des terriers du Yorkshire. L'australian terrier serait né d'un subtil mélange de tous ces chiens. La sélection vient sans doute des chasseurs, soucieux de trouver un animal capable de les débarrasser des lapins et des rats dévastateurs. D'où la tradition qui consistait à lui couper la queue, à la longueur d'un poing, pour pouvoir le tirer des terriers dans lesquels il n'hésite pas à s'enfoncer.

La race apparut sous son nom officiel en 1899 lors d'une exposition à Sidney. Le standard date de 1921 et la reconnaissance par les Anglais se fit en 1936. L'australian Terrier reste encore aujourd'hui rare en France.

Un aspect rustique à préserver

Long, bas sur pattes, l'australian terrier est solidement construit. Sa robe, le plus souvent bleu ou gris argent, et feu sur les pattes et le museau, peut aussi être sable clair ou roux. Le poil est droit, rêche et dense. Il est tout à fait déconseillé de le laver trop souvent. Toutefois, s'il se salit beaucoup, vous pouvez lui faire un shampoing sec de temps en temps, mais pas plus d'une fois par mois. C'est pour la même raison qu'il faut éviter de le peigner. De toute façon, il serait dommage de « gommer » ce petit air hirsute qui fait tout son charme.

Avec lui, point de morosité !

L'australian terrier est un bon chasseur, agressif et très têtu. Malgré sa petite taille, c'est un chien courageux. L'un de ses admirateurs aurait dit un jour qu'il est impossible de trouver autant de courage par kilo dans aucun autre animal de la planète. Il se montre aussi très combatif pour défendre son maître auquel il voue une fidélité à toute épreuve. Intelligent et amusant, il peut se transformer en un merveilleux chien de compagnie. Sa vivacité, et parfois même sa turbulence, font qu'avec lui... on ne s'ennuie jamais ! Il est cependant déconseillé aux personnes trop calmes ou trop faibles, car il a tendance, comme tous les terriers, à vouloir faire la loi. Il faut également faire attention à ce qui l'entoure : pas très aimable avec ses congénères, il est carrément désagréable avec les chats.

Doté d'une bonne santé, il ne demande pas de soin particulier. Il s'adapte aussi bien à la vie citadine qu'au grand air. Inutile d'être un grand sportif pour lui faire faire l'exercice dont il a besoin. Les promenades quotidiennes lui suffisent.

 



10/08/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres